La Minéralité dans le vin : Escroquerie ou réalité ?

La Minéralité c’est le nouveau terme à la mode en dégustation de vins depuis une dizaine d’années. Vous l’avez sans doute déjà entendu dans la bouche de « leaders d’opinion viticole » mais sans vraiment en comprendre le sens ni même le ressentir.

Rassurez-vous bonne gens même les pros ont du mal à le cadrer ; alors à vous l’expliquer … On va vous dire que « ça sent le silex », que ça à « un goût de roche » ou même un côté « crayeux ». En clair si vous voulez comprendre le truc va falloir lécher du caillou ! ; pourriez-vous vous dire.

Oui si vous voulez, mais ça ne vaut peut-être pas la peine d’en arriver là !

« La minéralité » en tant qu’arôme c’est quoi ?

Cela se rapporte comme son préfixe l’indique aux minéraux ; donc un corps inorganique.

Le voilà donc le problème ! Un corps inorganique (non chauffé, frotté, mouillé ou broyé) n’a pas d’odeur mise à part celle des éléments organiques qui peuvent être dessus (comme la mousse). L’arôme de la mousse c’est le sous-bois en œnologie, donc rien à voir avec la minéralité.

Donc la minéralité ça ne sent rien en fait !?

Oui … et non. La dégustation de vin et le descriptif de chacun d’entre eux (de manière générale) est soumise à beaucoup de subjectivité. Pour communiquer sur ce que nous fait « ressentir » un vin il faut que les gens avec qui vous communiquez aient une mémoire/ bibliothèque olfactive commune à la vôtre. Si vous dites que ça sent comme dans le jardin de votre grand-mère ; vous n’allez pouvoir communiquez qu’avec ceux qui y sont déjà allés …

Le concept d’arôme minéral c’est un mix des deux. Tant que le nombre de personne à qui cela évoque quelque chose n’est pas majoritaire ; ce n’est pas un arôme en tant que tel.

Alors, la minéralité ça sent ou goûte quoi ?

Pour beaucoup, la minéralité viendrait de la composition du sol et de sa teneur en minéraux. Se retrouvant ainsi liée à une notion encore plus vaste le sacrosaint TERROIR.

Bien quel soit plus vaste et peut-être même encore plus fourretout c’est en partie là que se trouve la réponse. Quant on tire un peu les « arômes » du nez des dégustateurs qui utilisent ce terme d’autres termes ressortent. Tel que tranchant, nerveux, mordant qui sont des mots descriptifs de la bouche associés aux vins vifs et acides. Ou d’autres plus associés au nez comme pétrolé, embruns, laine mouillée et fumé. Tous ces termes sont des marqueurs identitaires de certains vignobles ou appellations. On retrouve donc souvent la notion de minéralité dans des vins de terroirs frais, marins et/ou ayant des cépages favorisant ce style de vin. La minéralité c’est donc ça, une ombrelle qui couvre autres termes plus précis.

En conclusion, c’est un mot auquel les dégustateurs ont recours quand ils ne savent pas identifier clairement ce qu’ils ressentent ou qu’ils veulent en faire une description générale « simple ». Alors pas d’inquiétude si vous ne saisissez pas ce concept ; soit c’est un effet de manche de pro soit c’est pour se la péter.

NB : Si vous voulez quand même comprendre rapidement ce concept mouillez une pierre (plutôt du grés) et reniflez là 😉 Par contre, la lécher ça ne sert à rien et ça a surement mauvais gout en plus de faire Cro-Magnon.

Auteur de l’article : La Mosaïque des Vins

A lire également